Tests physiques en France

27 mai 2017|Par Kevin Charpentier
Tests physiques en France
Tests physiques en France

Tests physiques au hockey

 

Le cheminement qui m’a mené où je suis aujourd’hui


Mon cursus universitaire a commencé avec trois ans de licence STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), spécialisé dans l’entraînement sportif et la performance. Durant ces trois années, mes stages ont été effectués dans mon sport de prédilection, le volley-ball, dans un but de recherche pour optimiser la détente verticale de joueurs évoluant à un niveau régional.
Après la validation de mes 3 années de licence, je me suis donc engagé dans un Master EOPS (entraînement et optimisation de la performance sportive) sur deux ans. Lors de la première année, mon stage de préparation physique s’est déroulé au sein du Pôle France Jeunes de Football Américain, puis, au cours de la deuxième, au sein du Hockey Club Amiens Somme (HCAS) avec les catégories des moins de 15 ans jusqu’aux moins de 20 ans.

 

Ligue Nationale de Hockey de France…


Après l’obtention de ce Master, un contrat m’a été proposé pour travailler avec l’équipe professionnelle des Gothiques d’Amiens, qui évoluent au plus haut niveau en France, la Saxoprint Ligue Magnus. Mes fonctions en tant que préparateur physique de l’équipe ont débuté le 7 Août 2016 pour le début du camp pro, qui aura duré jusqu’à la mi-septembre.

 

Mon approche particulière en fonction des tests physiques de début de saison


Le premier jour de ce camp a été rythmé par une batterie de tests afin d’évaluer tous les joueurs de l’équipe (taille, poids, masse graisseuse, test VMA afin de déterminer la VO2max de chaque joueur; j’ai fait le choix du 30-15 IFT qui se rapproche le plus possible de l’activité sur la glace). À cela s’ajoutaient des tests de sprint 5m marche avant et marche arrière et sprint 20m (prise des temps avec des radars, ce qui permet d’avoir des temps au centième près).
Grâce à ce premier jour de tests, j’ai pu connaître l’état de forme de chacun de mes joueurs et mes premiers axes de travail afin d’établir ma programmation de l’entrainement sous forme de microcycle jusqu’au début de la saison.
Le plus gros du travail a été axé sur le cardio (environ la moitié de l’équipe avait une VO2max insuffisante) et la difficulté a été de travailler qualitativement hors glace pour que ce cardio soit transposé au mieux sur la glace. Il a été démontré scientifiquement que plus un joueur a une grosse VO2max, plus il se trouve devant le filet, ce qui est expliqué par une récupération plus conséquente entre deux présences sur la glace. Pour ce qui est du poids et de la masse grasse, j’ai créé une fiche de suivi pour chaque joueur afin de suivre l’évolution tout au long de la saison sous forme de courbe.

 

Nous arrivons maintenant au premier match de la saison. La Saxoprint Ligue Magnus, anciennement Ligue Magnus, se professionnalise pour la saison 2016/2017. En effet, nous avons passé de 26 matchs en plus des séries de fin de saison à 44 matchs (double aller/retour) en plus des séries, ce qui représente donc un rythme d’environ trois matchs par semaine. Ce rythme cause la problématique de la préparation physique pendant la saison régulière : que travailler? Sous quelle forme? 

Nous parlerons de tout cela dans le prochain article !

Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette

Une consultation?