Je me suis blessé : je priorise la chaleur ou la glace?

18 septembre 2018|Par Anne-Marie Violette
Je me suis blessé : je priorise la chaleur ou la glace?
Je me suis blessé : je priorise la chaleur ou la glace?

Je me suis blessé : je priorise la chaleur ou la glace?

Lorsqu’une blessure arrive, l’utilisation de la chaleur ou de la glace peut aider à la guérison. Toutefois, c’est difficile de savoir quand et comment l’utiliser.

La glace aide à diminuer l’œdème et l’inflammation. De plus, la glace a un effet analgésique, diminue les spasmes musculaires tout en ralentissant la circulation sanguine. Quant à la chaleur, elle rend les tissus plus élastiques et augmente la circulation sanguine. Elle diminue aussi la douleur en agissant comme un relaxant musculaire.

Lors d’une blessure, une cascade inflammatoire automatique se produit afin de réparer les bris et dure entre 24 à 72 heures. Durant cette phase de guérison, les signes d’inflammations apparaissent : rougeur, chaleur, œdème, douleur et perte de mobilité. L’application de glace permet de calmer ces signes. La glace devrait être priorisée lors des premiers 48 heures puisque c’est le moment où elle est le plus efficace, compte tenu de la cascade inflammatoire. En appliquant la glace pendant 10 à 12 minutes, aux 2 heures, elle permet de calmer l’inflammation excessive. Certaines problématiques médicales restreignent l’utilisation de la glace : diabète, insuffisance circulatoire, maladie de Raynaud, etc.

La chaleur devient utile dans les cas subaigus, donc environ 2 semaines après la blessure. La chaleur aide à diminuer les raideurs, l’ankylose, les tensions musculaires et augmentera la mobilité. Certaines problématiques médicales restreignent l’utilisation de la chaleur : blessure aigües, problème circulatoires, problèmes vasculaires périphériques, etc.

Même si les études se contredisent parfois concernant l’utilisation de la glace et de la chaleur et qu’il n’y a pas de consensus quant à leur utilisation, les professionnels s’entendent pour dire ces modalités, en plus d’un suivi avec un professionnel de la santé est l’approche à prioriser.

Avant de reprendre l’activité ou le sport, il est préférable d’attendre, de prendre du repos, et de réévaluer la blessure après quelques heures, le temps que la cascade inflammatoire s’exécute. En retournant trop rapidement, la blessure peut s’aggraver. Un suivi en physiothérapie du sport permet d’évaluer et de diagnostiquer le problème, de traiter rapidement la blessure tout en planifiant votre retour au jeu de façon sécuritaire. Consultez un professionnel certifié, avec une expertise avec les sportifs afin de bien vous encadrer dans votre réadaptation!

Anne-Marie Violette

  • Diplômée en physiothérapie du sport
  • Certifiée Bike PT bronze
  • Réseau Santé 360 200-2480 chemin Sainte-Foy, Québec, Qc
  • (418) 952-1723
  • reseausante360.ca

Inscris-toi à l'application web Hockey Projection

Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette