Mon pire ennemi au hockey

29 mars 2018|Par Danick Bouchard
Mon pire ennemi au hockey
Mon pire ennemi au hockey

Mon pire ennemi au hockey

Comme tous les joueurs de hockey, j’ai rencontré beaucoup d’obstacles dans ma carrière. Je me suis blessé, je me suis remis en question plusieurs fois, j’ai été retranché, joué dans les estrades, bref, c’est ce qui fait la beauté de ce sport.
C’est dur de faire sa place dans une équipe, particulièrement quand on est jeune. C’est dur de se démarquer et de se créer des chances sur la glace qu’on soit recrue ou vétéran. Quand on y pense, il y a six joueurs adverses qui désirent la même chose que nous et tout se jouera en fractions de seconde. Tellement d’éléments physiques sont là pour nous faire échouer ; des adversaires redoutables, une mauvaise qualité de la glace, de mauvaises décisions de nos coéquipiers de trio, de mauvais arbitres…  Pourtant, ces éléments, ne me font aucunement peur, loin de là.
Laissez-moi vous parler de mon pire ennemi, un ennemi terrifiant qui pour moi est le pire d’entre tous, un ennemi que j’ai rencontré plusieurs fois et que je reverrai encore et encore. Je dois seulement être prêt la prochaine fois qu’il se repointera le bout du nez !!
 

On pense tous, l’important c’est la manière de penser.

« Arrête de penser, pense à rien, fais juste jouer… malheureusement, je crois qu'on pense toujours, on est fait comme ça. Alors il faut apprendre à contrôler nos pensées lorsque celles-ci sont négatives »
 
Ma tête, mon cerveau, mes pensées, c’est tellement mon pire ennemi, mais ce qu’il faut savoir, c’est que ça peut devenir ton meilleur ami. Comment ?
Je suis certain que tu as déjà joué des matchs de hockey où rien n’allait pour toi, où tout ce que tu pouvais faire ou essayer de faire ne servait à rien, si ce n’est qu’à l’autre équipe ! Que faisais-tu une fois au banc ? Tu pensais ? Et bien on est deux ! Wow que je pense dans ma tête, c’est un vrai labyrinthe.
« Si je fais encore une erreur, d’après moi le coach va m’assoir sur le banc… imagine un étranger en France qui se fait bencher, ouf, faudrait pas que ça m’arrive ».
« Mes jambes sont tellement lourdes, je ne sais même pas si je vais pouvoir finir le match ».
« Le monde dans les estrades doit tellement me trouver pourri, d’après moi ils reviendront plus me voir jouer, limite, ils vont me demander un remboursement ».
« D’après moi après cette saison j’accroche mes patins, pas le choix !! »
 
Oui ça m’est déjà arrivé de me penser comme ça, mais sérieusement c’est tellement facile de faire ça, c’est se laisser faire, se laisser marcher dessus et extrêmement nuisible pour la suite du match.
 
D’un autre côté, à quel point c’est le fun de jouer un match quand tout va bien ! Là on est envahi de pensées positives et on fait que jouer au hockey avec nos chums. Dans ce temps-là, on se sent invincible.
 « Donne-moi le puck tu vas voir, il va se passer de quoi. »
« Je sais que je vais scorer ce soir, je ne sais juste pas comment, mais je le sens. »
« Je pourrais jouer comme ça pendant 6 heures, je pense j’aurais encore des jambes. »
 
Tellement deux perspectives différentes, c’est complètement fou et ça joue tellement sur ma game. As-tu déjà été capable de changer ta perspective durant un même match ? Passer d’une game misérable à une game où tu retrouves tes moyens ? Ce n’est vraiment pas facile. Parfois je me dis : « Ok c’est bon Dan c’est revenu, on y va! » mais je n’y crois pas. Il faut vraiment y croire au fond de nous, mais comment y arriver ?
 

Voici quelques trucs que je fais durant ces mauvais matchs, qui n’ont pas nécessairement un lien direct avec ma contre-performance :

  • J’encourage mes coéquipiers et je mets de l’ambiance sur le banc. (Inconsciemment, tu vas rentrer dans ton match)
  • Je reste en jambe sur le banc, je saute, je montre à mon équipe, mes coachs que je n’ai pas abandonné et le plus important, à moi-même.
  • Je dis clairement à mes coéquipiers de ligne que je vais être meilleur au prochain shift.
  • Je pense aux bonnes games et aux bons coups que j’ai faits dans le passé
  • Je répète mon « ABC* » entre les périodes
Plus personnellement :
  • Je pense au petit gars qui voulait pas sortir de la glace à -25 au Québec en pleine tempête de neige, à quel point ce petit gars-là aurait aimé être payé pour jouer au hockey devant des milliers de spectateurs !!
  • Je pense à ma mère qui me regarde sur internet, la tête dans l’écran d’ordinateur et qui veut tellement que je score. Ça peut être perçu comme une pression pour certains, mais mes parents m'ont toujours encouragé et je sais qu'ils me souhaitent le meilleur.
C’était quelques exemples, mais ils me permettent de « refocusser » sur les bonnes choses et tranquillement, tout se remet en place. Tu te dois de trouver les tiennes.
 

C’est quoi un « ABC » ?

C’est ce que je me répète avant chaque game, c’est trois mots qui résument ce que je fais de bien…. Ce que je suis persuadé de bien faire : mes forces !
Les faiblesses on s’en fout, on s’en va jouer une game, tu en as pas besoin, garde ton focus sur tes faiblesses pour ta prochaine pratique.
 
Voici à quoi ressemble mon « ABC » :
A : Patine
B : Shoot
C : Bataille 1vs1
 
Je me répète ça 3 fois avant le match et je pense à des situations positives pour ces 3 forces là.
 
Patine : « Je suis en sortie de zone, je reçois une passe, mes patins bougent immédiatement, je ne reste pas planté là, j’accélère et ensuite je fais le jeu que j’ai à faire. »
Shoot : « Je reçois une passe dans l’enclave, je shoot rapidement, le goaler n’a même pas bougé, directement dans le top !! »
Bataille 1vs1 : « Le puck est dans le coin, j’y touche en premier, personne ne va venir me l’enlever, je vais sortir du coin en contrôle et si quelqu’un vient pour me plaquer, je suis tellement fort sur mes patins, bonne chance ! »
 
Ce n’est pas d’avoir la grosse tête ou d’être « cocky » de penser comme ça. Dans sa tête, on peut se dire ce qu’on veut, l’important c’est d’y croire pour que ça te suive sur la glace !!
C’est trop facile de se dire qu’on n’est pas bon et d’attendre le « lucky bounce » qui va te donner confiance, tu peux attendre très longtemps ! Règle ta tête et tes pensées et le reste va suivre. Je pense sincèrement que ta tête est deux fois plus importante que ta forme physique.
Prends-en soin ;) 
 
Danick Bouchard
Joueur de hockey professionnel (Angers/France)
Co-fondateur Hockey Projection
 
Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette

Une consultation?