Le hockey, à quel âge ?

4 février 2017|Par Mathieu Boulé
Posturologue
Le hockey, à quel âge ?

J’avais 5 ans lorsque, pour la première fois, j’ai tenté, en vain, de faire une passe à un ami avec mon tout nouveau bâton de hockey. La rondelle semblait lourde sur la glace qui, pourtant, devait la faire glisser.

Je ne me rappelle pas si j’ai même essayé de rejoindre mon ami. Je crois que le simple fait de me tenir sur mes patins était assez prenant.

Et si on se rend sur un terrain de soccer où s’exercent des jeunes de 4 ou 5 ans, on peut se poser la question à savoir si ça changerait quelque chose qu’il y ait un ballon ou non ! 

On n’y pense peut-être pas assez, mais chaque sport devrait être spécifique à un âge particulier pour deux raisons :

  • Assurer un développement moteur optimal du jeune qui pratique le sport.
  • S’assurer que le jeune peut améliorer ses performances dans le contexte du sport.

Petit rappel du développement moteur… idéal

0-1 an

On naît et on contrôle à peine les muscles attachés à notre colonne vertébrale. Puis, si on nous positionne sur le ventre, rapidement, les mouvements réflexes des bras et des jambes nous permettent d’apprendre à ramper. Suivra la phase du rampé à quatre pattes. Lorsque tout se développe de façon optimale, vers 12 mois, on se tient debout et on marche !

1-1.5 an

Entre 1 an et 1 an et demi, on marche et les bras commencent à contribuer à cette tâche au lieu de nous aider à ne pas tomber, dans un monde idéal !

1.5-3 ans

Entre 1 an et demi et 3 ans, si on le permet, l’enfant apprend à marcher et à courir en mode controlatéral. Ça veut dire que l’enfant apprend à marcher, par exemple, en amenant vers l’avant bras droit et jambe gauche, suivi de bras gauche et jambe droite, quand tout se déroule comme c’est possible.

Au fait, l’enfant apprend à faire fonctionner le côté droit de son corps avec le côté gauche. Cette phase de développement est cruciale pour le développement de la coordination, si importante pour les sports, dont le hockey !

3-6 ans

Entre 3 à 6 ans, l’enfant apprend à utiliser une jambe dans un rôle dominant pendant que l’autre stabilise le corps.

À ce rythme, vers l’âge de 7 ans, l’enfant serait prêt à exceller dans les sports où un côté domine, comme le soccer (pour frapper le ballon) ou le hockey (pour passer la rondelle, par exemple).

Le hic

Le hic, c’est que ce développement dit idéal (et possible) ne se déroule à peu près jamais de cette façon au Québec ou en Amérique du nord. Les raisons sont nombreuses.

Il y a une répression instinctuelle assez répandue où on dit de ne pas faire plus souvent que l’on encourage le mouvement chez les jeunes. En voici quelques exemples :

  • Ne saute pas sur le lit ;
  • Ne grimpe pas dans l’arbre ;
  • Ne marche pas sur le bord du trottoir…

On ne veut pas que les enfants se blessent, certes mais à force de dire non, on risque d’inhiber le développement moteur qui ne cherche qu’à s’exprimer dans des situations de la vie de tous les jours.

Somme toute, ce développement idéal mentionné ci-dessous se déroule rarement à cette vitesse. C’est ce qui m’amène à questionner l’introduction des sports où un côté du corps domine à un jeune âge.

La recommandation

Au fait, je recommande des sports qui recrutent le corps dans son ensemble jusqu’à l’âge de 6 ou même 7 ans ! Des sports comme la gymnastique, les arts martiaux et la natation sont, à mon avis, d’excellents choix.

Une fois que l’enfant contrôle bien les deux côtés de son corps à parts égales, une dominance peut émerger, ce qui permet de développer les compétences pour des sports comme le golf, le soccer et le hockey !

Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette

Une consultation?