Jouer blessé au hockey : pratique courante et non souhaitable …

29 avril 2019|Par Pierre-Luc Dubé
Jouer blessé au hockey : pratique courante et non souhaitable …
Jouer blessé au hockey : pratique courante et non souhaitable …

Jouer blessé au hockey : pratique courante et non souhaitable …

 De par la nature du hockey, les blessures sont choses courantes. La vitesse, les contacts, les changements de directions, etc. augmentent de façon importante le risque de blessures. Oui une préparation physique peut sauver quelques bobos, mais parfois les accidents sont inévitables. Il existe différents niveaux de gravité de blessures allant de celles qui nécessitent un arrêt prolongé à celles qui passent sous le radar et qu’on endure silencieusement. On peut aussi classer ces blessures en incidents traumatiques (un événement isolé qui a provoqué la blessure) ou d’accumulation. C’est sur cette dernière qu’il est possible d’intervenir. Ce type de blessure apparaît progressivement et devient de plus en plus limitatif avec le temps lorsque non pris en charge.

Prévenir au lieu de Guérir ! 

Ayant moi-même été joueur de hockey, je sais très bien qu’on veut jouer coûte que coûte, douleur ou non. Cependant le message que je veux vous lancer aujourd’hui est qu’une douleur qui est constante n’est pas normale et une fois qu’elle est bien installée, elle peut être difficile à régler et vous suivre longtemps si elle n’est pas prise en charge correctement. Alors comment faire pour régler le problème? La meilleure solution selon moi reste la prévention alors évitons le problème autant que possible. C’est pour cette raison qu’avec chacun de mes clients, expérimentés ou non, j’effectue lors de ma première rencontre avec eux une évaluation biomécanique de leurs patrons de mouvement (façon de bouger et de réaliser un mouvement). Ainsi, je peux avoir une idée précise de leurs lacunes, compensations et débalancements musculaires. Cette étape me permet aussi de personnaliser davantage le programme d’entrainement, ce qui augmente les probabilités de favoriser les adaptations désirées.

En addition, comme athlète, il est de votre devoir d’informer votre professionnel afin d’ajuster le programme ou du moins de voir où est le problème avant qu’il soit plus important et surtout plus complexe à corriger.

Bref, le message important à retenir est qu’une douleur qui perdure et/ou qui augmente en terme d’intensité n’est pas normale. La solution peut être simple, mais sans une analyse complète, notre compréhension de la situation demeure partielle. Je vous recommande fortement de recourir à l’expertise d’un professionnel afin de vous aider à devenir plus résilient aux blessures et surtout prévenir leur apparition.

Pierre-Luc Dubé
Préparateur physique / Kinésiologue

Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette