Garder ta motivation au top tout au long de ton entrainement d’été c’est possible !

30 avril 2018|Par Danick Bouchard
Garder ta motivation au top tout au long de ton entrainement d’été c’est possible !

Garder ta motivation au top tout au long de ton entrainement d’été c’est possible !

« Il fait trop chaud aujourd’hui, il pleut, je suis courbaturé d’hier, je suis fatigué, ça va changer quoi si je manque juste un entrainement, mon chum peut pas venir s’entrainer avec moi aujourd’hui, j’ai une game de hockey ce soir, j’ai entendu dire que ça sert à rien de s’entrainer plus de 3 fois par semaine, je me sens faible, j’ai les jambes lourdes, je pense pas être capable de finir mon training aujourd’hui, j’ai tellement l’air d’un abruti quand je fais mes sauts de grenouille dans le parc de l’école….. »
Cette fameuse petite voix, je pense qu’on l’a tous déjà entendue, et pour être franc avec vous, elle est dans ma tête continuellement lorsque le temps de commencer mon entrainement d’été est arrivé.
 

Comment faire pour l’ignorer ?

Je ne l’ignore pas, cette petite voix fainéante m’alimente. Je l’écoute et je me dis : « Toi, tu ne comprendras pas du tout ce qui va se passer tantôt, tu vas tellement en baver, mais à penser comme ça, c’est tout ce que tu mérites ! »
Je suis continuellement en compétition avec cette voix qui tente de me décourager, de me faire abandonner et de me ralentir. A chaque fois qu’elle se pointe, je fais exactement le contraire de ce qu’elle me dit. Au fond, ce n’est pas compliqué, quand elle est là, c’est le signal que mon entrainement est commencé et quelques minutes plus tard j’ai mes running shoes aux pieds, prêt à commencer et à lui montrer ce qu’est un homme qui a des objectifs et affamé à l’idée de les atteindre.
 

Un entrainement physique en lien avec la préparation mentale

Ce qui est magnifique là-dedans c’est que je fais un deux en un. Je me prépare physiquement et je me bats mentalement avec ces pensées qui croient m’influencer. C’est comme une séance de préparation mentale gratuite !
 
J’ai même donné plusieurs niveaux à ces séances-là. Le niveau 1/10 (le plus facile) c’est lorsqu’il fait 20-25 degrés avec un petit vent chaud et sec, ciel bleu, les oiseaux chantent et je me lève en pleine forme. Dans ces conditions, la petite voix reste tranquille et ne me parle pas trop. Ce niveau-là n’est pas très intéressant pour un athlète de haut niveau qui veut repousser ses limites mentales et physiques. Je ne dis pas que tu ne feras pas un bon entrainement, mais il me faut plus d’adversité que ça dans la vie.
 
A l’inverse, voici un entrainement niveau 10/10 ; lève-toi un matin d’une nuit où tu as mal dormi, courbaturé de la veille, tu reçois un texto de ton ami qui ne peut pas venir s’entrainer avec toi. C’est la journée de la semaine où tu dois faire des sprints dehors et en regardant par la fenêtre, tu vois qu’il y a une petite pluie. Tu sors et il fait tellement humide, tu te mets à transpirer instantanément. Tu t’étouffes car tu viens d’avaler une mouche par la bouche et tu remarques qu’il y a des moustiques un peu partout. Tu retournes à l’intérieur et là …… la petite voix qui se pointe le bout du nez ! « Bin voyons Danick, ça n’a pas d’allure, tu ne peux pas t’entrainer dans ces conditions-là » Ouf, merci petite voix, sans toi, je restais à la maison aujourd’hui, mais juste parce que tu viens de me rappeler à quel point je serais pathétique de penser comme toi, deux minutes plus tard, je suis prêt à commencer mon échauffement.
 
En résumé, à la place d’essayer de faire taire les mauvaises pensées ou même les commentaires qui peuvent t’envahir, alimente-toi de ceux-ci. Par exemple, si Martin St-Louis avait baissé la tête à chaque fois qu’il se faisait dire qu’il était trop petit pour jouer en LNH, on ne serait pas en train de parler de lui aujourd’hui. Il s’en est rappelé tout au long de sa carrière et une fois la coupe Stanley au bout des bras, il devait être fier de s’être prouvé à lui-même et à tous ses détracteurs que son cœur et sa force mentale étaient plus forts que ces mots stupides.
 
Donc cet été, quand tu auras ce genre de pensées, commentaires, remarques, évènements qui sont négatifs, sers-toi en pour te motiver et te forger un caractère. Au bout d’un certain temps, normalement vers le mois de juillet, quand la forme sera revenue, ces pensées fainéantes seront choses du passé et tu aborderas ton camp d’entrainement avec le sentiment d’invincibilité.
Avec la période estivale qui débute, essaie de travailler là-dessus et tu verras, je te garantis que ça va payer !  
 
Dan ;) 
dbouchard@hockeyprojection.com
 
Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette