Accepter son rôle; l’exemple d’un vrai guerrier 

7 December 2016|Par Maxime Aubut
Professionnel
Accepter son rôle; l’exemple d’un vrai guerrier 

Accepter son rôle: l’exemple d’un vrai guerrier 

     Je vais vous parler d’un gars avec qui j’ai joué dans la LHJMQ. Pour ceux qui ont suivi les Voltigeurs de Drummondville à l’époque des Latendresse et Brassard, vous allez savoir de qui je parle. Pour les autres, ce nom n’évoquera pas grand-chose pour vous. L’important n’est pas la popularité de la personne, mais ce qu’elle a accompli. Son nom : Keven Gagné.  

Un joueur invité qui a su saisir sa chance ! 

     Les équipes junior ont besoin de beaucoup de joueurs pour leur camp d’entraînement. Principalement pour augmenter l’intensité et la compétition, mais aussi pour être en mesure de former plusieurs équipes afin de voir les joueurs en situation de match. Le repêchage ne suffit pas à fournir tous ces joueurs. Les équipes invitent donc des joueurs supplémentaires pour compléter leur formation. Ce fut le cas des Voltigeurs de Drummondville en 2003, quand ils ont pris la décision d’inviter Keven Gagné à leur camp. Une décision qu’ils n’ont jamais regrettée, j’en suis persuadé.  

Des qualités indéniables que tous les joueurs devraient posséder 

     Keven possédait des qualités qu’aucun entraineur n’aurait pu ignorer : une forme physique exceptionnelle, une attitude exemplaire, la compréhension de la « game », la connaissance de ses limites, une passion indéniable pour son sport et, la plus importante, il était « coachable ». Chaque jour il voulait apprendre, devenir meilleur, se dépasser. Son implication pour la cause, pour le bien-être de l’équipe et pour ses coéquipiers était incalculable. On ne rencontre pas beaucoup de joueurs comme ça dans une carrière. Sincèrement, je suis persuadé que ces joueurs sont aussi rares que ceux possédant des talents exceptionnels. Pourtant, en réfléchissant bien, ça ne devrait pas être le cas… 

Le talent, oui, mais pas à n’importe quel prix 

     De toutes les qualités qui ont fait de Keven un joueur de la LHJMQ, aucune d’elles n’avait de lien avec son talent, son physique, la force ou la précision de son lancer ou même ses statistiques. Certes, il avait le talent pour jouer à un tel niveau, mais ce n’était pas un talent hors du commun; beaucoup de gars en possédaient un semblable. C’est tout le reste qui a fait la différence et fait de lui un joueur indispensable pour les Voltigeurs. Ces qualités, tout le monde peut les posséder, mais tout le monde n’est pas assez altruiste pour le faire. Nous vivons dans une société très égocentrique et nos équipes de sports sont le reflet de notre société. Tout est plus important que l’équipe maintenant : MON temps de glace, MON power play, MES statistiques. Avoir du talent est une chose; avoir une attitude de « vrai » en est une autre… 

Accepter son rôle, c’est connaître ses limites  

     Keven comprenait et acceptait son rôle à la perfection. Défendre son territoire à tout prix, gagner ses mises en jeu, payer le prix en désavantage numérique et amener de la vitesse et du tempo à son équipe. Il jouait également à l’intérieur de ses moyens et n’essayait jamais d’en faire plus que ses capacités lui permettaient. Il était humble et reconnaissant et voulait aider l’équipe du mieux qu’il le pouvait. Tous les rôles dans une équipe sont importants, et il l’avait bien compris. Je me souviens d’un match à Drummondville. Nous étions entre deux périodes, l’avantage numérique n’allait pas très bien et les joueurs de premier trio ne répondaient pas aux attentes. Keven avait joué sur le « power play » pendant la première période. Il s’est levé dans la chambre :  

« Les gars, si je suis sur le power play, c’est parce que vous ne faites pas votre travail! Je ne suis pas censé être là, ce n’est pas ma job! Mon rôle est vous soutenir, de vous amener de l’énergie, réveillez-vous %$!#?&!% ».  

Voilà ce que j’appelle un « vrai ».  

Ça commence par vous, les parents 

     Si on prenait quelques minutes pour rencontrer les parents de Keven, je suis sûr à 100% qu'on constaterait qu’ils possèdent eux-mêmes ces qualités. Tout commence avec vous et, en quelque sorte, finit par vous aussi. Vous devez donner l’exemple et inculquer les bonnes manières de réagir à propos de vos enfants. Mettons-nous en contexte. Disons que votre enfant vient de terminer son match, vous êtes dans l’auto : 

« Je comprends pas pourquoi tu joues pas sur le « power play », tu es bien meilleur que les autres! Comment vas-tu faire des points en restant sur le banc! » 

Une situation classique. Je ne pense pas que nous pouvons évaluer le mal qu’une simple phrase comme celle-là peut provoquer. Tout de cette phrase est négatif. La seule chose que vous ferez c’est créer de l’incertitude, de la frustration et le pire, une mauvaise compréhension de la valeur d’être un joueur d’équipe. Ça va le suivre à l’école et jusque dans son travail. Faites attention à ce que vous dites, car vous êtes les modèles de vos enfants, leurs héros… 

Un petit mot sur Keven pour terminer. Il est maintenant médecin, a fait sa surspécialité en gynéco-oncologie et pour lui avoir parlé, je peux dire il n’a pas perdu ses bonnes habitudes. Il a fait tous les sacrifices, comme il l’a fait pour le hockey, qu’une telle carrière lui imposait. Il a également deux magnifiques jeunes filles. 

Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette