Blessures acromio-claviculaires

16 avril 2018|Par Cédric Lafond
Blessures acromio-claviculaires
Blessures acromio-claviculaires

Au hockey, les contacts sont chose fréquente. Le risque de blessure associé est élevé. Une des articulations les plus touchées est l’épaule, plus précisément l’articulation acromio-claviculaire. En effet, cette petite articulation compte pour 40 à 50 % de toutes les blessures à l’épaule chez les athlètes pratiquant un sport de contact.


Anatomie de l’articulation

L’articulation acromio-claviculaire est formée par la jonction entre la clavicule et l’acromion, qui est une partie de l’omoplate. Elle est solidement maintenue par les ligaments acromio-claviculaires et les ligaments coraco-claviculaires. Ces derniers sont responsables de limiter la translation et la rotation multiaxiale. Les ligaments trapézoïde et conoïde, qui composent les ligaments coraco-claviculaires, jouent un grand rôle de stabilisation dans l’articulation en limitant les translations antérieure et postérieure respectivement. 
 

Mécanisme de blessure et classification

Une blessure à l’articulation acromio-claviculaire se produit à la suite d’un contact direct sur l’épaule. Elle est encore plus fréquente si le bras est en adduction, amenant un abaissement de l’acromion.
Les atteintes de l’acromio-claviculaire sont divisées en 6 types :
Type 1 : Étirement ligamentaire sans autre atteinte structurelle.
Type 2 : Déchirure des ligaments acromio-claviculaires sans que les ligaments coraco-claviculaires ne soient touchés. Un petit abaissement de l’acromion peut être observé.
Type 3 : Déchirure des ligaments acromio-claviculaires et coraco-claviculaires. On peut observer un déplacement jusqu’à 100% de la distance coraco-claviculaire. En clinique, un professionnel peut réduire complètement de façon passive le déplacement.
Type 4 : Déchirure des ligaments acromio-claviculaires et coraco-claviculaires. Un glissement postérieur de la clavicule est noté.
Type 5 : Déchirure des ligaments acromio-claviculaires et coraco-claviculaires. La distance coraco-claviculaire est supérieure à 100%. On peut noter que la clavicule distale pousse beaucoup la peau près de l’articulation.
Type 6 : Déchirure des ligaments acromio-claviculaires et coraco-claviculaires. La clavicule distale se situe sous le processus coracoïde.
 
 

Traitement

En phase aiguë, le repos de sport et la glace sont les moyens les plus efficaces. Une écharpe peut parfois être utile lorsque la douleur est trop forte. Pour les atteintes de type 1 et de type 2, un traitement conservateur est reconnu efficace. En effet, des modalités antalgiques, des traitements en physiothérapie comprenant des exercices, des techniques manuelles et assistées d’instruments et du taping et une reprise progressive des activités sont utiles à la guérison de ces atteintes. Pour les atteintes de type 3, la littérature est controversée. Certains athlètes réagissent bien au traitement conservateur tandis que d’autres n’ont aucun bénéfice. Une consultation en orthopédie est alors recommandée afin d’évaluer la possibilité d’une chirurgie. Pour les types 4 à 6, la chirurgie est habituellement inévitable. Puisque ces lésions sont plutôt rares, peu de chirurgie sont effectuées au niveau de l’articulation acromio-claviculaire.
 

Prévention

Un bon moyen de prévention est d’utiliser de bonnes techniques de mise en échec et de réception de contact. Lors d’un contact dans la bande, absorber le choc en enroulant l’épaule et le corps dans la bande aide à éviter un choc direct sur l’articulation acromio-claviculaire.
N’hésitez pas à communiquer avec moi chez Physiothérapie SN+ au (819) 477-7751 ou par courriel au clafond@physiosn.com afin de répondre à vos questions ou prendre rendez-vous.
 
Cédric Lafond / Physio SN Drummondville
 
Blessures acromio-claviculaires
Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette