Bien manger à l'aréna? Chose possible?

11 novembre 2016|Par Julie Turcotte
Bien manger à l'aréna? Chose possible?
Bien manger à l'aréna? Chose possible?

BIEN MANGER À L’ARÉNA? CHOSE POSSIBLE?

 
  
Bien sûr, chaque athlète qui se respecte a un jour mangé un bol de spaghetti trois heures avant un match pour avoir de l’énergie et bien performer. Toutefois, bien manger pour un joueur de hockey, est-ce que ça se limite à un bol de pâtes?
Malheureusement non! Quand j’étais petite, bien manger avant ma compétition signifiait de ne pas prendre de croustilles, chocolat ou boissons gazeuses un ou deux jours avant la compétition. Maintenant, la science a évolué. On en sait plus, c’est évident. L'applique-t-on plus pour autant? À voir le nombre de jeunes à l’aréna, le week-end dernier, qui ont mangé une poutine et bu une ‘’slush’’ après leur match,  je n'en suis pas sûre! 
 


Se défaire de petites habitudes de vie anodines vont faire toute la différence

 
Bien manger de nos jours semble sorcier. On entend des tonnes de messages et ceux-ci sont souvent très contradictoires. C’est donc difficile pour le joueur et sa famille de s’y retrouver. Notre rythme de vie rapide en 2016 et l’accessibilité des aliments autour de nous font en sorte qu’on planifie moins. 
 
- “Mon fils n’a pas faim avant la pratique de 6h00 am. Ce n’est pas grave, on arrêtera au resto en revenant!”
- “ La pratique est pendant l’heure du souper... ma petite mangera un hot-dog pour patienter en attendant son frère!”
- “Je passe mes fins de semaine à l’aréna et je n’ai  plus rien pour faire des lunchs. Pas grave! Il y a toujours une cantine!”
- “On part trois jours en tournoi? Il y aura des restos en masse dans le coin… “
 
On sait qu’on aura une option en cas de besoin. Toutefois, est-ce ainsi qu’on doit éduquer nos enfants? 
 


Quand bien manger devient une pratique régulière, vous en tirez avantage dans tous les domaines!!

 
En 2016, on voit surtout des extrêmes. Des gens qui passent leur temps à courir et optent toujours pour la solution rapide ou encore, des gens extrêmement soucieux de leur santé qui ne se permettent pratiquement aucune dérogation à leur régime.  
 
Personnellement, la modération et la variété sont mes mots-clés. Bien manger, ça commence à la maison, au quotidien et non seulement le repas avant le match. Donner des bonnes habitudes de vie à nos enfants, c’est un gros défi, mais à long terme, c’est payant.
 
Que ce soit pour sa santé, pour son humeur, pour son attention en classe, sa croissance ou ses performances sportives, les résultats vous seront remarquables. De plus, il est important que l’enfant découvre une grande variété d’aliments. Et ce, même si le parent n’aime pas telle ou telle chose.  
 
 

Bien manger signifie souvent plus de travail et de planification pour les parents. Toutefois, à long terme, on en sort toujours gagnant.
Voici quelques exemples à l’appui :

 
-  Préparer un lunch pour après le match coûte beaucoup moins cher qu’un repas familial au restaurant.
- Les enfants sont tannés des sandwichs? Une salade de pâtes fera changement!
- Apportez vos breuvages de la maison. Beaucoup plus santé et beaucoup moins dispendieux!
- Des fruits et légumes en collations? Ça se prépare rapidement.

Vous êtes pris au dépourvu et devez manger à l’aréna?  Il y a toujours de bons choix possibles :
 
- Le lait au chocolat après un match est une excellente façon de bien récupérer.
- Les sandwichs au poulet ou aux tomates peuvent boucher un petit coin.
- Demander un sandwich au fromage sans beurre, c’est permis!
- Une bouteille d’eau pétillante plutôt qu’une boisson gazeuse.
 
 

Les petites gâteries d’après-match qui deviennent une routine...

 
On doit s’assurer que la nourriture ne soit pas associée à une activité ou un plaisir en particulier. (exemple: tu auras une slush chaque fois que tu marqueras un but…). La nourriture ne doit pas être une récompense. Cela peut être un moment heureux passé en famille, mais ne doit pas être régulier.
 
C’est ainsi qu’on crée des patterns psychologiques qui sont difficiles à modifier une fois adulte.  
La slush après le match? Oui ça peut être permis, mais une fois de temps en temps seulement.   
 
Ce que votre enfant mange au quotidien aura probablement plus d’effets sur ses performances que les patins de luxe ou le bâton de hockey à 200$ que vous venez de lui payer! Investir dans son alimentation, c’est plus qu’investir sur ses performances. C’est investir sur une vie!   

Julie Turcotte
Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette