Le grand jour d'Alex Beaucage

15 juin 2017|Par Alexandre Faucher
Journaliste
Beaucage prêt pour le grand jour

     Beaucage était prêt pour le grand jour


Alors que le repêchage de la LHJMQ a eu lieu il y a environ deux semaines, je vous propose de revenir dans le temps, pour prendre compte des attentes de l'attaquant des Estacades de Trois-Rivières Alex Beaucage qui se préparait à vivre la «plus belle journée de sa vie».

Pour l'athlète classé au 17e rang du Centre de soutien au recrutement (CSR), le rang où il sortira importe peu. Il sait très bien que c'est la suite qui compte. Il avoue malgré tout que d'entendre son nom au premier tour serait flatteur. «C'est juste un chiffre. Je ne sais pas trop à quoi m'attendre, mais c'est certain que ce serait un beau trip que d'être choisi en première ronde», explique le jeune attaquant de 15 ans.

Alors que le refus de certains joueurs de se présenter dans certaines équipes, notamment Baie-Comeau, fait jaser, Beaucage affirme que l'équipe qui voudra faire son acquisition n'aura pas ce problème. «Mon père (Marc Beaucage) a joué au niveau professionnel en Allemagne. J'ai donc habité là-bas lorsque j'étais jeune, alors me rendre au Cap-Breton ou ailleurs, loin de chez moi, ne me fait pas peur», explique le Trifluvien.

 

Du succès chez les Estacades

 

S'inclinant en finale des séries éliminatoires et remportant le Challenge CCM en décembre, les Estacades de Trois-Rivières ont connu une excellente saison. «C'était vraiment spécial. Nous n'avions pas les joueurs les plus talentueux, mais on a démontré beaucoup de caractère. Chaque fois que ça allait plus mal, on ne tombait pas stressé. On se concentrait sur la tâche à accomplir et on savait que tout le monde voulait aller à la guerre», analyse le numéro 9 des Esacades.

Souvent utilisé sur le premier trio, aux côtés des vétérans Cédric Desruisseaux et Alex Plamondon, Beaucage a récolté 10 buts et 16 mentions d'aide en saison régulière, ajoutant trois filets et huit passes lors du parcours éliminatoire des siens.

En jouant avec le choix de première ronde des Tigres de Victoriaville lors du dernier repêchage, Desruisseaux, le joueur de 15 ans a trouvé quelqu'un à imiter, en quelque sorte. «Il a été l'un des meilleurs dans la midget AAA cette année. C'est un modèle aussi en dehors de la patinoire. Il démontre aussi beaucoup de maturité, ce que j'avais peut-être moins en début de saison», lance le jeune espoir au sujet de son coéquipier.

Le principal intéressé a trouvé que la marche était haute entre le bantam AAA et le midget AAA en début de saison. C'est tout au long de l'année qu'il a cependant vu son impact au sein de son équipe augmenter. Quant à la prochaine qu'il souhaite monter, il est conscient que son coup de patin sera à travailler. «C'est ce que les gens me disent beaucoup. Et à l'inverse, on aime généralement mon sens du hockey. Il parait aussi que j'ai un bon lancer, même si je ne m'en sers pas suffisamment», conclut celui qui a été finalement sélectionné en début de 2ème ronde par les Huskies de Rouyn-Noranda le 3 juin dernier.
 

Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette