MON RÊVE, MA LIGUE NATIONALE

3 mars 2017|Par Félix Séguin
Professionnel
MON RÊVE, MA LIGUE NATIONALE

J'ai joué au hockey jusqu'à l'âge de 15 ans. J'adorais ce sport. Cependant, ce que j'aimais davantage était de suivre mes joueurs préférés à la télévision. J'adorais le faire. J'étais particulièrement fasciné par le travail de ceux qui décrivaient le match.

Lorsque j'étais enfant et adolescent, j'admirais le travail de Richard Garneau, Claude Quenneville, André Côté et Bob Cole. Ils avaient une voix qui rendait le match tellement enlevant et important.

À l'âge de 10 ans, j'ai commencé à rêver. Je rêvais de faire comme mes idoles. Je rêvais de décrire des matchs de hockey. Et personne, je dis bien personne, ne pouvait m'empêcher de rêver. Dans ma tête, c'était clair: c'est ce que je voulais faire lorsque je serais grand. Ainsi, à l'école ou dans ma vie de tous les jours, mes décisions et choix étaient basés en fonction de mon rêve.

J'ai goûté à mon rêve pour la première fois le 6 avril 2001. Ce soir-là, mon ami Guy Champoux (il était propriétaire d'un site Internet qui diffusait des matchs de la LHJMQ) m'avait confié le mandat de décrire le premier match de la série entre les Huskies de Rouyn-Noranda et les Cataractes de Shawinigan en direct de l'aréna Jacques-Plante. J'avais 20 ans, j'étais au 7e ciel.

J'ai véritablement amorcé ma carrière à Val-d'Or, en Abitibi. J'y ai travaillé pendant trois ans comme journaliste à la radio. De la politique aux faits divers en passant par le sport, je touchais à tous les sujets de l'actualité. Toutefois, le plus important pour moi, c'est que je continuais de décrire des matchs de la LHJMQ grâce aux Foreurs de Val-d'Or et aux Huskies de Rouyn-Noranda.

À l'âge de 24 ans, j'ai fait un pas de plus vers mon rêve alors que j'ai été embauché par le Réseau des Sports à Montréal. J'étais fier, mais je savais qu'il me restait encore beaucoup de chemin à parcourir. À RDS, j'ai touché à tout. J'ai été reporter et j'ai lu le bulletin de nouvelles, mais j'ai surtout décrit mes premiers matchs de la LNH. Je le faisais en studio à Montréal, mais c'était pour moi une étape importante.

Mon rêve s'est vraiment réalisé le 8 octobre 2014 à Toronto. Ce soir-là, alors que j'étais maintenant à l'emploi de TVA Sports, j'ai décrit mon premier match des Canadiens de Montréal. Après avoir grandi et rêvé en regardant mes idoles à la télévision, j'avais le privilège et l'honneur d'occuper les mêmes fonctions. J'étais fier, reconnaissant, humble et ému. À l'âge de 34 ans, je venais de réaliser mon rêve.

Depuis ce jour, je parcours l'Amérique du Nord. De Chicago à San Jose en passant par Nashville, Pittsburgh et Tampa, je voyage pour décrire les matchs des Canadiens de Montréal, la Classique hivernale, le match des étoiles et la finale de la Coupe Stanley. Que demander de mieux ! Je vis mon rêve à tous les jours.

Décrire des matchs de hockey, c'est ma Ligue nationale. Je suis reconnaissant, mais je demeure humble. Je sais que je suis privilégié et très choyé. Je suis aussi conscient qu'il n'y a aucune garantie dans mon milieu. C'est comme dans une équipe de hockey. Si je lève le pied, quelqu'un d'autre prendra ma place. Pour continuer de vivre ce rêve, je dois avoir la même passion et la même détermination qui m'habitent depuis l'âge de 10 ans.

Avoir un rêve, c'est ce qu'il y a de plus important. Quand on rêve, on se fixe des objectifs. Et quand on se fixe des objectifs, on fait des choix. Et quand on fait des choix, on fait des sacrifices. Tout cela parce que vous êtes stimulés et motivés par votre rêve. Il y a une flamme qui brûle en vous et vous ne laisserez personne l'éteindre.

C'est ce qui s'est produit dans mon cas.

Félix Séguin

Descripteur des matchs des Canadiens de Montréal
et de la Ligue nationale à TVA Sports.

Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette