Laissons les parents être des parents

26 septembre 2016|Par Martin Perron
Laissons les parents être des parents

Et voilà! C'est parti! Pour la première fois de ma vie, je vais écrire un blogue! Et croyez-moi, je suis nerveux. Je m’appelle Martin Perron, mais la plupart des gens dans le hockey me connaissent sous le nom de Pépé. Je me promène d’aréna en aréna depuis… depuis toujours en fait.

Hockey Projection est entré en contact avec moi il y a quelques mois pour que je me joigne à son équipe. J’imagine que connaître littéralement tout le monde dans le hockey faisait de moi une bonne prise… Je suis maintenant le directeur du développement de la clientèle chez Hockey Projection. Revenons à notre sujet principal.

Mon parcours dans le monde du hockey

Mon parcours dans le hockey a commencé très jeune et ne s'est jamais arrêté. J’ai commencé à patiner à cinq ans et je jouais pour l’équipe de Saint-Antoine des Laurentides à huit ans. À 12 ans, j'étais déjà bénévole pour les tout-petits et à 16 ans, j’arbitrais quelques matchs par semaine.

J'ai vraiment touché à tout dans le hockey : de joueur à entraîneur, et même directeur pour différentes catégories dans le hockey mineur. Ha! J’oubliais le plus important : depuis plus de 20 ans, je suis papa de joueur de hockey.

Martin Perron, alias « papa » gérant d'estrade

Jadis, je m’appelais encore Martin Perron, mais on me reconnait maintenant comme « le père de ». Mon fils est devenu un joueur important pour son équipe dans la LHJMQ et les choses changent vite sur ce plan. Le statut de votre fils, ce jeune que vous voyez encore mettre sa première paire de patins, change à jamais et vous devez l’accepter.

J’ai pris un plaisir fou à le suivre tout au long de sa carrière et je le ferai bien des années encore. Il faut le dire, les papas s'amusent autant que les enfants au hockey. On le fait surtout comme gérant d'estrade et je pense que c'est tout à fait normal. L’ambiance dans les arénas peut être spéciale, mais quand le travail des bénévoles qui s’impliquent auprès de nos jeunes est honnête et bien fait, les papas sont moins flyés, point final. La priorité est de laisser les enfants jouer et s'amuser, mais il faut aussi laisser les parents être des parents.

Forger l'adulte de demain

On ne donne pas ses enfants à une association sportive, on les inscrit pour qu’ils apprennent de nouvelles choses qui pourraient leur servir plus tard comme adulte. Le hockey est spécial pour tirer des leçons de vie, et c'est tant mieux.

À la limite, le hockey nous aide à élever nos enfants. Mais au final, ce sont nos enfants, notre responsabilité et c’est normal que les émotions prennent parfois le dessus. Il faut juste apprendre à gérer tout ça. Et si jamais un jour, comme mon fils, votre enfant devient un joueur d'élite, vous comprendrez ce que ça veut dire, devenir le « papa de ». À suivre…

Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette