"Qui veut, peut ; qui ose, fait."

21 octobre 2016|Par Simon Barrette
Croire en ses capacités!

Je suis un Canadien de 31 ans qui habite à Helsinki en Finlande depuis plus de 10 ans. Il y a environ cinq ans, j’en avais un peu marre de travailler dans un bureau de 9 à 5 du lundi au vendredi et je me suis lancé dans une aventure qui m’a permis de réaliser un objectif  ambitieux que je m’étais fixé: travailler dans la LNH.

J’ai joué au hockey toute ma vie, à divers niveaux compétitifs, mais jamais aux niveaux junior majeur ou professionnel. Disons que mon objectif était très ambitieux, résidant dans un pays dont je connaissais à peine la langue et où je n’avais aucun bon contact dans l’industrie du hockey. On aurait même pu qualifier mon rêve de fou…

L’annonce, l’acceptation et le travail sans relâche

Imaginez le jour où j’ai dit à ma femme (qui était enceinte de notre deuxième, à l’époque) que je voulais devenir dépisteur au hockey et travailler pour une équipe de la Ligue Nationale. Je m’en souviens très bien: elle a ri et m’a dit que je rêvais en couleurs. Ce n’était pas pour être méchante, mais elle ne voyait pas comment ce serait possible et elle avait raison. À l’époque, je n’avais aucune qualification, aucune expérience et je ne faisais aucun effort pour y arriver.  

J’ai donc décidé de me mettre au boulot, travailler sur n’importe quelle tâche relative au hockey que je pouvais trouver. Coaching, filmer des matchs de hockey, écrire des articles sur des prospects... j’ai mis des tonnes d’heures de mes temps libres à accumuler des expériences de travail dans le monde du hockey. Je voulais élargir mes connaissances et mon réseau de contacts. Petit à petit, je me suis vu offrir des opportunités. Celles-ci en ont ouvert d’autres et ainsi de suite. Jusqu’au jour où j’ai signé un contrat comme dépisteur vidéo en Europe pour les Blue Jackets de Columbus. Une chose est certaine: je n’aurais jamais atteint mon objectif si je n’avais pas décidé de passer à l’action et mettre tous les efforts requis pour atteindre mon but.

Une formule magique, pas tout à fait; une formule gagnante, oui!

C’est à travers cette expérience que j’ai réalisé qu’il y a une formule gagnante pour atteindre ses objectifs et que pour les accomplir, qu’ils semblent réalisables ou non, on doit investir l’effort, on doit « bûcher » et on doit travailler extrêmement fort. On doit rester humble, être patient et constamment à la recherche de l’apprentissage et de l’amélioration. Et surtout, il ne faut jamais abandonner quand on rencontre un obstacle ou un échec. Parce qu’en fin de compte, ce sont les obstacles et l’adversité qui vous donneront les meilleures leçons. Que ce soit un joueur de hockey qui aspire un jour à jouer au hockey professionnel ou une personne qui veut connaitre du succès dans le monde des affaires, la formule demeure exactement la même:

Travaille fort, reste humble, éduque-toi, améliore-toi, sois patient, ne lâche pas, continue.

Transformer la formule en habitude de vie

En fait, la formule doit devenir une éthique de travail. Quand j’étais plus jeune et jouais au hockey, je ne croyais pas que c’était quelque chose qu’on pouvait travailler, construire. Je ne comprenais pas le sens et l’importance de l’éthique de travail. Je voyais plutôt ça comme le talent ou les habiletés: on l’a ou on ne l’a pas. Mais c’est faux. Une éthique de travail, ça se développe et ça se forge.

Aujourd’hui, quand j’évalue un jeune joueur de hockey, j’accorde autant d’importance à son caractère et son attitude qu’à ses mains ou son coup de patin. L’un est aussi important que l’autre. Il y a tellement d’exemples de joueurs exceptionnellement talentueux qui n’ont jamais été capables de faire carrière au hockey parce qu’ils n’avaient tout simplement pas la détermination ou l’éthique de travail nécessaire. Quand on parle des intangibles d’un joueur de hockey, ce sont toujours les mêmes mots qui reviennent: le caractère, la détermination, la persévérance, le courage. Tous des synonymes de la fameuse formule gagnante.

Tu veux commenter cet article? Assure-toi de respecter la nétiquette